véritable coût de la VE

Dans ce jardin ZEN, venez discuter de tout et de rien :)
RĂ©pondre
ChL61
Messages : 164
Enregistré le : 21 août 2018 15:15

véritable coût de la VE

Message par ChL61 » 12 fĂ©vr. 2019 13:17

Bonjour
Dans le journal "Le Monde" publié hier et d'aujourd'hui 12 février, il y a un dossier consacré au "Véritable coût de la VE ", inclus dans les pages 6 et 7 du cahier Éco.

Ce dossier pointe plusieurs sujets, notamment :
- la question des infrastructures de recharge, en pointant le coût public que ça nécessite
- le coût en disparition d'emplois dans la filière automobile, en pointant surtout la dépendance d'acteurs asiatiques pour la batterie, étant le constituant le plus coûteux
- le coût en tarissement des ressources publiques ( cf l'impact négatif pour les ressources de l'Etat quand 1/3 des voitures ne passera plus jamais par la pompe à carburants...)
- et surtout un bilan environnemental mitigé.

La conclusion étant "selon les experts, une électricité à base d'énergie renouvelable et l'amélioration des techniques d'extraction [pour les matières composant des batteries ] pourraient faire diminuer cet impact négatif. Mieux vaudrait s'en assurer. Autant tirer aujourd'hui les leçons du "dieselgate" et éviter un "électric-gate" dans 20 ou trente ans".

Notre association n'est pas citée dans ce dossier, ni le Livre Blanc.
Pour autant il me semble que tout cela légitime de continuer à agir pour les suites attendues à nos 20 propositions ; je pense que les questions récurrentes (et légitimes) sur la face obscure des batteries doivent spécialement obtenir des réponses claires

Qu'en pensez-vous ??
Faites connaitre notre Livre Blanc ! http://blog.acoze.org/livre-blanc-recha ... ectriques/
Mobilité familiale 100% électrique : en Ioniq EV pour les trajets de proximité, en Tesla M3 pour les grands trajets :)

ChL61
Messages : 164
Enregistré le : 21 août 2018 15:15

Re: véritable coût de la VE

Message par ChL61 » 12 fĂ©vr. 2019 13:19

Oups il manque un mot : c'est dans le Monde publié hier et DATÉ d'aujourd'hui.
Faites connaitre notre Livre Blanc ! http://blog.acoze.org/livre-blanc-recha ... ectriques/
Mobilité familiale 100% électrique : en Ioniq EV pour les trajets de proximité, en Tesla M3 pour les grands trajets :)

Pixel
Messages : 12709
Enregistré le : 23 janv. 2015 00:00

Re: véritable coût de la VE

Message par Pixel » 12 fĂ©vr. 2019 18:47

Il y a un bouton "Éditer" :D

Zalem
Messages : 1208
Enregistré le : 14 mars 2014 00:00

Re: véritable coût de la VE

Message par Zalem » 13 fĂ©vr. 2019 09:32

N'étant pas abonné, je n'ai pas accès à tout le dossier.
Je vais donc réagir para rapport au résumé.

- Pour le coût public en infrastructure, il faut mettre en perspective... combien coûte l'entretien d'une piscine, un stade à l'année, les transports en commun? Je ne suis pas sûr que le financement de quelques bornes soit au final si important. Pour ce qui est du réseau électrique, il faut de toute façon l'adapté à la transition énergétique (gestion des productions éparpillées et intermittentes), donc prendre en compte la contrainte "bornes de VE" ne sera pas le plus coûteux.
- Perte d'emploi : en effet, les emplois ne sont pas les mêmes, mais cela va créer de nouveaux besoins : renforcement du réseau électrique, bureau d'étude pour l'installation de bornes et coordinations des divers intervenants, Maintenance des bornes, V2G, usine de fabrication de batterie. On devrait pouvoir créer des usines fortement automatisé, qui ne viennent pas renchérir trop le prix du produit et puis si le pétrole augmente, il sera sans doute moins rentable de produire en chine... sauf si la chine vient subventionner pour distordre la concurrence, mais il restera la possibilité de mettre des droits de douanes.
- Le tarissement des ressources publiques : Le pétrole est responsable du déséquilibre de la balance commerciale. Si l'argent ne part plus à l'étranger, il servira l'économie intérieur et donc augmentera les performances de la TVA. De même le kWh électrique est aussi taxé, que le kWh d'essence, alors certes le rendement du VE permet de consommer 4 fois moins, mais je ne pense pas que ce soit si catastrophique pour les finances publiques (La TICPE ne représente que 4.6% du budget de l'état).
Contributeur Ă  la cause... et de retour en VE!!!
Ex-ZOE (50800km en 3 ans) - Ioniq (16000km en 8 mois - 13.3kWh/100km - vitesse moyenne : 53km/h) :frime:

Avatar du membre
alainrvt
Messages : 10523
Enregistré le : 20 janv. 2014 00:00

Re: véritable coût de la VE

Message par alainrvt » 13 fĂ©vr. 2019 10:32

Peux tu nous mettre un lien ?
Président d'ACOZE FRANCE
Association des COnducteurs de véhicules Zéro Emission

Vendée Energie Tour 2019, le programme : https://www.vendee-energie-tour.com/

pablo87
Messages : 57
Enregistré le : 03 févr. 2019 21:58
Localisation : Pas-De-Calais

Re: véritable coût de la VE

Message par pablo87 » 13 fĂ©vr. 2019 12:32

Bonjour, voici le lien, article réservé aux abonnés.

https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html

LĂ©onard
Messages : 6315
Enregistré le : 24 janv. 2013 00:00

Re: véritable coût de la VE

Message par LĂ©onard » 13 fĂ©vr. 2019 15:14

ChL61 a écrit : ↑
12 févr. 2019 13:17
Bonjour
Dans le journal "Le Monde" publié hier et d'aujourd'hui 12 février, il y a un dossier consacré au "Véritable coût de la VE ", inclus dans les pages 6 et 7 du cahier Éco.

Ce dossier pointe plusieurs sujets, notamment :
- la question des infrastructures de recharge, en pointant le coût public que ça nécessite
- le coût en disparition d'emplois dans la filière automobile, en pointant surtout la dépendance d'acteurs asiatiques pour la batterie, étant le constituant le plus coûteux
- le coût en tarissement des ressources publiques ( cf l'impact négatif pour les ressources de l’État quand 1/3 des voitures ne passera plus jamais par la pompe à carburants...)
- et surtout un bilan environnemental mitigé.

La conclusion étant "selon les experts, une électricité à base d'énergie renouvelable et l'amélioration des techniques d'extraction [pour les matières composant des batteries ] pourraient faire diminuer cet impact négatif. Mieux vaudrait s'en assurer. Autant tirer aujourd'hui les leçons du "dieselgate" et éviter un "électric-gate" dans 20 ou trente ans".

Notre association n'est pas citée dans ce dossier, ni le Livre Blanc.
Pour autant il me semble que tout cela légitime de continuer à agir pour les suites attendues à nos 20 propositions ; je pense que les questions récurrentes (et légitimes) sur la face obscure des batteries doivent spécialement obtenir des réponses claires

Qu'en pensez-vous ??
C'est un "mix" des critiques formulées par plusieurs groupes d'opposants aux VE, dont on retrouve des traces même dans le rapport de l'Ademe...

Il y a une union de divers groupes, certains proposant une mobilité éthique et respectueuse de l'environnement (entendre : interdire les véhicules individuels), d'autres militant pour un status quo.

Prenons les arguments un par un, commençons par le plus simple : "le coût en tarissement des ressources publiques ( cf l'impact négatif pour les ressources de l’État quand 1/3 des voitures ne passera plus jamais par la pompe à carburants...)" ... En même temps, il y a un rapport parlementaire qui chiffrait à 100 000 milliards d'euros les dépenses liées à la pollution atmosphérique. Le passage des VT aux VE devant entrainer un abaissement sensible de cette pollution, ces dépenses de santé publique, mais aussi d'entretien des bâtiments administratifs et autres devraient se retrouver en positif sur la balance. Il est dommage qua dans de tels dossiers on ne parle jamais de ce point là... Surtout que cela devrait avoir un impact vertueux. Effectivement, au-delà de la diminution des dépenses de santé publique, si on a moins d’enfants asthmatiques, cela veur dire que moins de parents devront poser congés pour accompagner leurs enfants pour les divers soins, donc plus d'heures travaillées, donc une augmentation de la productivité. Au niveau du PIB, c'est plus discutable, parce qu'on a 2 effets contradictoires, d'un coté l'augmentation de la productivité entraine une augmentation du PIB, mais de l'autre la diminution des dépenses de santé entraine une baisse du PIB ...

"- la question des infrastructures de recharge, en pointant le coût public que ça nécessite" Quelqu'un s'est-il posé en son temps la question de la construction des routes pour faciliter le déplacement individuel ? Si on se l'était posée, peut-être qu'il ne faudrait pas envisager la mise en place de mesures pour développer les transports en communs

"- le coût en disparition d'emplois dans la filière automobile, en pointant surtout la dépendance d'acteurs asiatiques pour la batterie, étant le constituant le plus coûteux" Argument historiquement très contestable. Les ouvriers des manufactures cassaient les machines "voleuses d'emplois" au début du XIXème siècle. L'inventeur de la machine à coudre a failli se faire lyncher, car il allait mettre sur la paille les "petites mains" des ateliers de couture. Bref, un argument vieux comme le monde et bien éculé. Qui fleurit surtout dans la bouche d'intellectuels qui sont réticents au travail manuel ...

"- et surtout un bilan environnemental mitigé. " Mitigé par rapport à quoi ? Là est la vraie question. Mitigé par rapport à une utilisation rationnelle des transports en limitant l'usage du véhicule individuel dans les cas où il représente la meilleure offre. Mais, par rapport au schéma actuel, c'est très loin d'être mitigé
Membre du comité de l'ACOZE
Association des COnducteurs de véhicules Zéro Emission

ChL61
Messages : 164
Enregistré le : 21 août 2018 15:15

Re: véritable coût de la VE

Message par ChL61 » 13 fĂ©vr. 2019 16:47

je suis bien d'accord que dans ce dossier il y a de tout, du bon et aussi du plus discutable. Mais vu l'audience du journal le Monde (au nombre de ceux qui font référence), cela mérite (à mon avis) attention particulière de notre part, et le cas échéant de réfléchir à un prolongement ?
Pour que les choses soient claires, voici un extrait que j'ai posté dans le forum concerné de AP https://forums.automobile-propre.com/to ... ent-274020
"Même s'il s'agit pour partie d'arguments souvent brandis à finalité d'épouvantails par certains responsables du monde automobile (suivez mon regard !), je pense que ça appelle (au minimum) aussi une vigilance attentive et constante de notre part (je veux parler des nombreux pionniers de l'électromobilité qui fréquentent ce forum)"...
Pour ma part le sujet sur lequel le questionnement me parait le moins réfutable, c'est la sécurisation (à tous égards) de la filière des batteries.
Sujet non oublié par le Livre Blanc, et qui appelle des suites...
Faites connaitre notre Livre Blanc ! http://blog.acoze.org/livre-blanc-recha ... ectriques/
Mobilité familiale 100% électrique : en Ioniq EV pour les trajets de proximité, en Tesla M3 pour les grands trajets :)

LĂ©onard
Messages : 6315
Enregistré le : 24 janv. 2013 00:00

Re: véritable coût de la VE

Message par LĂ©onard » 14 fĂ©vr. 2019 18:05

Le Monde poste hier, de même que la majorité de la presse, les résultats d'une étude qui montre que 7/10 des français utilisent leurs voitures pour aller travailler : Pour aller au travail, sept Français sur dix prenaient la voiture en 2015

AU passage on apprend que :
Dans plusieurs départements de l’Ouest et du Sud-Ouest, cette proportion monte à 85 %.
C'est une partie du problème.

En fait, l'étude est déjà sortie depuis environ 10 jours : La majorité des Français va au travail en voiture
Publié le 29/01/2019 - 17:33
Mais, ils devaient avoir d'autres choses Ă  ce mettre sous la dent ...

Reprenons le texte de l'article de l'AFP repris par un peu tout le monde :
La voiture était en 2015 le mode de transport principal de sept Français sur dix pour se rendre au travail, selon une étude de l’Insee rendue publique mercredi 13 février. Cette proportion varie selon les endroits en fonction notamment de l’offre de transports en commun.

Parmi les autres moyens de transport utilisés par les 23,2 millions de salariés habitant et travaillant en France (hors Mayotte) en 2015, figurent à la deuxième place les transports en commun (16 %), la marche (7 %) et les deux-roues, motorisés ou non (4 %), précise l’institut de la statistique. Enfin, 3 % des Français ne se déplacent pas pour travailler.

Dans plusieurs départements, notamment dans l’Ouest et le Sud-Ouest, la proportion de salariés utilisant principalement la voiture monte à 85 % ou plus. Paris, la petite couronne autour de la capitale et Lyon sont les seuls lieux où les transports en commun supplantent la voiture, note l’Insee. A Paris, 68,6 % des salariés utilisent les transports en commun contre 10,7 % la voiture. A Lyon, seule « ville-centre » de province dans ce cas, 40,7 % des salariés ont recours aux transports en commun contre 34,9 % la voiture.

72 % des habitants de la grande couronne parisienne

Ailleurs, la part des salariés utilisant les transports en commun s’inverse au profit de ceux prenant la voiture : 29,7 % contre 39 % à Grenoble, 29,9 % contre 41 % à Strasbourg, 29,2 % contre 43,4 % à Bordeaux, trois villes où l’usage des deux-roues est le plus développé, souligne l’Insee.

Et plus on s’éloigne du centre, plus la part de la voiture augmente. C’est le cas en grande couronne de région parisienne (72 %), comme autour des métropoles de province de plus de 400 000 habitants (86,5 %).

Quant à l’utilisation des transports en commun, elle est la plus faible dans les territoires faiblement urbanisés. Dans le Cantal, la Creuse, la Lozère, la Vendée et le Gers, « moins de 2 % des salariés » y ont recours, selon l’Insee. L’emploi de la voiture prédomine « quelle que soit la distance », note l’Institut. Parmi les 7,5 millions de salariés vivant et travaillant dans la même commune, la moitié (51 %) fait le trajet en voiture. Ils sont 3,3 millions (14 %) à parcourir plus de 25 kilomètres en voiture.

Par catégorie professionnelle, cadres et employés utilisent moins la voiture que les professions intermédiaires et les ouvriers, mais pas pour les mêmes raisons. Les employés marchent davantage, car ils travaillent plus souvent à proximité de leur domicile, tandis que les cadres, dont les emplois sont concentrés dans les grands pôles, utilisent davantage les transports en commun.
Image

Et revenons à l'article du Monde qui critique le basculement VT/VE et son impact écologique. Effectivement, ce sont beaucoup de petits trajets, qui pourraient sûrement être réalisés autrement. LA bonne question que devrianet ce poser ceux qui s'opposent aux VE c'est pourquoi, malgré le fait qu'ils militent depuis de nombreuses années pour une mobilité alternative ils n'arrivent pas à convaincre les français. Ils préfèrent tirer sur l'une des solutions (le basculement VT/VE) plutôt que de s'attaquer au fond du problème. Ils ont raison, le basculement VT/VE ne résoudra pas tout, mais il y contruibuira. Mais, ils préfèrent encore une fois rester dans la plus mauvaise des situations tant qu'on n'a pas décidé d'aller vers ce qui est éthique à leurs yeux, et ce faisant, ils jouent la politique du pire. La meilleure des critiques qu'on peut leur faire est bien celle-là. Il faut les mettre au défi de nous aider à améliorer le monde plutot que de continuer à se complaire dans la situation de l'observateur à qui rient ne convient car rien n'est assez bien.
Membre du comité de l'ACOZE
Association des COnducteurs de véhicules Zéro Emission

LĂ©onard
Messages : 6315
Enregistré le : 24 janv. 2013 00:00

Re: véritable coût de la VE

Message par LĂ©onard » 14 fĂ©vr. 2019 18:12

PS : ... j'entends une mauvaise langue persifler dans mon oreille ... "bien entendu, la sortie de cet article ce week-end n'a strictement rien à voir avec l'annonce de la remise d'un plan visant à booster le développement des VE ... Bref, on pourrait dire du contre-lobbying inité par un lobby opposé à celui qui va s'exprimer ? ;) Rien à voir ?
Membre du comité de l'ACOZE
Association des COnducteurs de véhicules Zéro Emission

RĂ©pondre

Retourner vers « Le jardin électrique »