Page 1 sur 1

Faut il passer à la voiture électrique ? Tout compte fait

Message posté... : 22 oct. 2018 17:42
par alainrvt
Video objective !

Re: Faut il passer à la voiture électrique ? Tout compte fait

Message posté... : 22 oct. 2018 20:33
par seb.maccagnoni
Objective, je sais pas.

Mensongère, au moins un peu.
« la batterie du véhicule électrique content par ailleurs des ressources minérales : lithium, cobalt, terres rares [...] »
Il n'y a pas de terres rares dans une batterie !

« le nucléaire [...] génère des déchets pour des millions d'années »
Ok, mais combien ? Traités comment ? Aucune précision là-dessus, par contre ils présentent un dessin qui ressemblerait à s'y méprendre à une décharge sauvage...

Ensuite, ok accélérer le développement des énergies renouvelables... Mais là, pas un mot sur les terres rares présentes dans les panneaux solaires. Et en parallèle, charger en heures creuses ? Quand le soleil n'est pas là ? MMmmhhh...


Il y a beaucoup de bien dans cette vidéo, oui... Mais quelques points noirs...

Re: Faut il passer à la voiture électrique ? Tout compte fait

Message posté... : 22 oct. 2018 20:37
par PAXKAL64
Seb +1 mais cette vidéo est déjà un mieux par rapport aux éternels laius de dénigrement systématique du VE.

Re: Faut il passer à la voiture électrique ? Tout compte fait

Message posté... : 23 oct. 2018 18:27
par Teirhy
1MWh d'électricité nucléaire produit 1g de déchet nucléaire à vie longue et 9g de déchet à vie courte (<30ans).
avec 1MWh on parcours 6700 km (15kWh/100)

Re: Faut il passer à la voiture électrique ? Tout compte fait

Message posté... : 23 oct. 2018 19:24
par Léonard
Permettez-moi de verser 2 pièces au dossier :
La première c'est une étude sur l'impact de comment est produite l'électricité sur le bilan des VE : Climat et électriques: que disent les chiffres ?

La seconde sur le problème du remplacement du nucléaire par les ENR : Pourquoi n’est-il pas si simple de remplacer le nucléaire par le vent et le soleil ?

Re: Faut il passer à la voiture électrique ? Tout compte fait

Message posté... : 26 oct. 2018 16:48
par JEFF85
Merci pour ces documents Léonard.
J'ai particulièrement apprécié le second sur la difficulté à remplacer le nucléaire. Il est toujours très difficile d'expliquer cela aux gens, ne serait-ce que parce qu'ils raisonnent en volume de production annuelle....

Puisque l'on a dérivé sur les réseaux, j'ai un sujet qui m'interpelle, et sur lequel tu es sûrement bien plus compétent que moi, c'est les fameux "réseaux intelligents".
Je sais que les réseaux ne sont pas de simples "bouts de câbles" qui relient des producteurs et des consommateurs, comme les gens le croient trop souvent. Ce sont des systèmes très complexes et délicats, que même les électriciens méconnaissent trop souvent. J'ai un souvenir lointain d'un câble neuf qui devait alimenter une mine, et qui a été victime d'un phénomène de ferro-résonnance ... C'est impressionnant. Et ce n'est qu'une des difficultés que maitrisent les spécialistes réseaux.
Mais au-delà des problèmes "électriques" que pourraient rencontrer ces "réseaux intelligents", je me demande comment on espère stabiliser de tels ensembles?
Le minimum que tout utilisateur d'un réseau électrique attend c'est une stabilité de tension et de fréquence.
Quand on dispose de grosses centrales, comme actuellement, on peut comprendre qu'avec leur "inertie" elles puissent jouer un rôle de "chef d'orchestre" et que les multiples producteurs accessoires se synchronisent sur elles, mais si, comme certains le souhaitent certains, on supprimait une grande partie du réseau actuel ("pour produire localement") et que l'on supprime ces grosses centrales, comment pourrait-on réaliser cette synchronisation? Qui piloterait l'ensemble et comment?
J'avoue ne pas voir la moindre piste de solution.

Re: Faut il passer à la voiture électrique ? Tout compte fait

Message posté... : 26 oct. 2018 17:19
par alainrvt
Oui, très intéressants ces deux documents, Léonard.
J'aurai une réaction épidermique sur le premier où on constate qu'en Angleterre et en France le lobby des pétroliers est influent, il faudra m'expliquer que l'empreinte carbone d'un VE est 6% supérieur à un VHR et les émissions totales inférieures de 24,7% à un moteur à combustion: il n' y a pas contradictions dans leurs études....un VHR est avant tout un VT à la base !!!
Finalement, à mon avis, c'est l'étude suisse la plus réaliste et je suis d'accord pour dire que réaliser de plus grosses batteries n'est pas insensible à l'augmentation de la nuisance à l'environnement.
Pour le second document, très technique auquel on peut jouer les apprentis sorciers, le smart-grid et l'utilisation de batteries tampons serait une solution viable, bien organisée...bien sûr !

Re: Faut il passer à la voiture électrique ? Tout compte fait

Message posté... : 27 oct. 2018 00:05
par Léonard
alainrvt a écrit :
26 oct. 2018 17:19
Oui, très intéressants ces deux documents, Léonard.
J'aurai une réaction épidermique sur le premier où on constate qu'en Angleterre et en France le lobby des pétroliers est influent, il faudra m'expliquer que l'empreinte carbone d'un VE est 6% supérieur à un VHR et les émissions totales inférieures de 24,7% à un moteur à combustion: il n' y a pas contradictions dans leurs études....un VHR est avant tout un VT à la base !!!
Je suis plus que d'accord, puisqu'un VHR est un VT auquel on a greffé une batterie et un moteur électrique ... Donc, il devrait avoir les inconvénients des deux ... Ensuite, le VHR "moyen" dépend beaucoup de comment le gèrent les possesseurs. Certains arrivent à du presque 100% électrique et d'autres presque du 100% thermique...
JEFF85 a écrit :
26 oct. 2018 16:48
Merci pour ces documents Léonard.
J'ai particulièrement apprécié le second sur la difficulté à remplacer le nucléaire. Il est toujours très difficile d'expliquer cela aux gens, ne serait-ce que parce qu'ils raisonnent en volume de production annuelle....

Puisque l'on a dérivé sur les réseaux, j'ai un sujet qui m'interpelle, et sur lequel tu es sûrement bien plus compétent que moi, c'est les fameux "réseaux intelligents".
Je sais que les réseaux ne sont pas de simples "bouts de câbles" qui relient des producteurs et des consommateurs, comme les gens le croient trop souvent. Ce sont des systèmes très complexes et délicats, que même les électriciens méconnaissent trop souvent. J'ai un souvenir lointain d'un câble neuf qui devait alimenter une mine, et qui a été victime d'un phénomène de ferro-résonnance ... C'est impressionnant. Et ce n'est qu'une des difficultés que maitrisent les spécialistes réseaux.
Mais au-delà des problèmes "électriques" que pourraient rencontrer ces "réseaux intelligents", je me demande comment on espère stabiliser de tels ensembles?
Le minimum que tout utilisateur d'un réseau électrique attend c'est une stabilité de tension et de fréquence.
Quand on dispose de grosses centrales, comme actuellement, on peut comprendre qu'avec leur "inertie" elles puissent jouer un rôle de "chef d'orchestre" et que les multiples producteurs accessoires se synchronisent sur elles, mais si, comme certains le souhaitent certains, on supprimait une grande partie du réseau actuel ("pour produire localement") et que l'on supprime ces grosses centrales, comment pourrait-on réaliser cette synchronisation? Qui piloterait l'ensemble et comment?
J'avoue ne pas voir la moindre piste de solution.
Disons que si on veut un réseau pleinement pilotable avec des moyens très déconcentrés, il faut des compteurs communicants, car il faudra piloter la consommation pour la lisser au maximum. Mais, mêmes avec des centrales nucléaires ou thermiques, on peut avoir des problèmes de pilotage des réseaux. Quand certains producteurs, ou certains distributeurs ne jouent pas le jeu. C'est ce qui s'est passé aux USA à l'époque d'Enron. Contrairement à ce que l'on croit, tout n'est pas privé aux USA. Une bonne partie des sociétés de distribution appartiennent aux collectivités locales. Une partie des propriétaires de moyens de production sont aussi des collectivités locales. Et, au milieu, il y a un tas de de sociétés privées. D'ailleurs, la plupart des exploitants sont des opérateurs privés. Et, au milieu de cela est apparu le loup Enron qui a décidé d'optimiser les bénéfices de ses actionnaires. Et qui a décidé de spéculer sur le marché de l'électricité. Enron, a un moment "achetait" des capacités de production d'électricité et demandait aux opérateurs de ces entreprises de ne pas produire, car cela faisait baisser l'électricité disponible et monter le prix de celle-ci. Donc, on augmentait les bénéfices d'Enron. Mais, cela a failli conduire à des blackout en Californie. La région la plus riche du monde. La région dont le PIB est presque supérieur au PIB de l'Afrique (à l'époque) se retrouve en manque d'électricité et d'une manière totalement artificielle.

En France, on a la situation inverse, on a un très gros distributeur : Enedis, filiale du groupe auquel appartient aussi la plus grosse capacité de production, et qui auquel appartient la filiale qui gère le réseau... Et les 3 trouvent intérêt à ce que le système fonctionne, et çà tombe bien, c'est ce que leur demande leur principal actionnaire, l’État.

Maintenant, admettons que l'on passe à un système très décentralisé, en si en plus, l'on ne peut pas piloter la production ... Et bien, il faudra piloter la consommation pour pouvoir réguler le réseau. Du coup, il faut quelque chose qui pilote la consommation, d'où le Linky. Quand je lis partout que le Linky est mis en place par EDF pour gagner plus d'argent grâce au nucléaire ... :roll: EDF a gagné beaucoup d'argent (reversé à son principal actionnaire) sans qu'un seul Linky soit en place, avec des compteurs bleus très classiques ...

En ce qui concerne les batteries et les moyens de stockage ... Ben, ça dépend de la différence entre la production moyenne et les pointes de consommation. En fait, c'est très proche de ce qui se passe avec ce qui se passe avec les fleuves, les rivières ... Pour les réguler, on a fait des barrages, des réservoirs. C'est l'équivalent des batteries. Un réservoir, cela peut limiter des crues, cela peut limiter des épisodes de sécheresse ....Sauf quand l y a un épisode de pluie ou de sécheresse qui dure trop longtemps ou qui est trop important. On voit ce qui se passe dans l'Aude quand il y a trop de pluie. Et il faut voir le niveau du Rhin ou du Rhône quand il ne pleut pas assez pendant plusieurs mois... Alors oui, stocker 24 h de consommation, même en pointe c'est techniquement possible. Admettons que l'on dispose de 80 GWh de batteries ... Ce qui représente un sacré volume. Un jour sans vent et avec peu de soleil, on pourra tenir. 2 Jours peut-être ... et après ?

Nos sociétés dépendent beaucoup de l'énergie. Elle est nécessaire pour se déplacer, elle est nécessaire pour se chauffer, elle est nécessaire pour fournir de l'eau, pour les communications... Si on n'a plus d'électricité, on n'a plus d'eau potable à nos robinets, on n'a plus de télécommunications, plus de feux rouges, plus d'ascenseurs, plus de ventilation, plus de salles d'opérations dans les hôpitaux, plus de stations-services ... Pour les gens qui sont garants du bon fonctionnement de nos sociétés, l'électricité à un statut particulier. Ils parlent des réseaux de distributions "simples" : télécommunications, télévision, eau, gaz, .... et puis les réseaux dont la perte impacte le fonctionnement de plusieurs autres réseaux : il y a l'électricité, il y a aussi de plus en plus internet car de nombreux réseaux échangent des données de fonctionnement par internet... SI on perd un tel réseau, c'est toute la vie sociale et économique du pays qui est paralysée.